Découvrez Mohamed & Mohammed, membres des Tritel’s !

Mohamed & Mohammed – alias les « Momo’s » – font partis des Tritel’s, cette joyeuse bande de l’Espace de proximité et de citoyenneté Charlotte Delbo, qui a pu profiter d’un atelier d’électro-percussions, animé par Gaëlle Salomon. De la création des textes à la rythmique, la pochette d’un EP et même d’un clip, les Tritel’s répètent tous les mercredis après-midi dans nos studios.

Bonjour Mohamed et Mohammed. Pouvez-vous nous détailler le contenu de vos ateliers avec Gaëlle ?

Mohammed : Gaëlle est tout d’abord venue au centre Charlotte Delbo pour se présenter, et nous faire une démonstration avec ses instruments. Nous avons pu nous familiariser avec la MPC – machine servant à la composition musicale – mais aussi les percussions (NDLR. Gaëlle est membre de 10Lec6, formation signée chez Ed Banger Records).

Quel rapport aviez-vous avec la musique jusque là ? Pratiquiez-vous un instrument auparavant?

Mohamed : J’écoute beaucoup de K-Pop, dont le groupe BTS et des musiques d’animes japonais, comme Sword Art Online ou My Hero Academia. Avec cet atelier, j’ai découvert que la musique n’avait pas seulement une dimension ludique et qu’outre écouter, je pouvais aussi pratiquer.
Mohammed : De mon côté, j’écoute beaucoup de rap. Mes artistes favoris sont Soolking, Fianso ou encore Naps, et je m’initie à la K-Pop. Comme Mohamed, je ne pratique aucun instrument, mais par contre j’écris beaucoup.

Vous avez écrit un premier morceau et êtes sur le point d’en composer de nouveaux. Quels sujets abordez-vous dans vos textes ?

Mohammed : J’ai écrit la plupart des textes. J’ai voulu rendre une sorte d’hommage aux personnages qui pour moi ont fait preuve une grande force. Dalida pour sa sensibilité par exemple, ou Nelson Mandela pour son courage. Notre premier titre se nomme J’aimerais bien et parle de nos souhaits pour l’avenir.

Parlez-nous de votre première expérience de studio ?

Mohammed : C’était la première fois que nous allions en studio. Nous avons d’abord travaillé notre rythmique et essayé d’en trouver de nouvelles, avec guitare et congas en main. Nos amis Yan et Leslie se sont joints à notre atelier par la suite. Honnêtement, je ne me suis pas trouvé sensationnel pour la rythmique, et j’ai préféré le chant. Gaëlle m’a proposé de chanter un morceau d’un titre de raï, morceau que ma mère entonne souvent à la maison, Enty de Saad Lamajared. Après avoir été bien rodé aux percussions et la MPC, nous avons été sensibilisés à la composition par ordinateur, la MAO (musique assistée par ordinateur).

Comment s’est déroulé l’enregistrement ? le tournage du clip ?

Mohammed : Après avoir été brieffés par Maximilien – l’ingérieur du son des Cuizines – nous avons été coachés par Gaëlle pour nous mettre en condition. Le plus difficile a été la partie « rapide » qui ressemble à un rap.
Mohamed : L’expérience était super, nous avons entendu nos voix. Le clip était une surprise de la part de Gaëlle. Ma mère fut très impressionnée, et notre professeure particulière également.

Que va-t’il se passer par la suite pour les Tritel’s ?

Mohamed : Nous avons demandé à poursuivre les ateliers. Au centre, nous avons trouvé une guitare avec des cordes en plastique, mais Tewfik (animateur de l’EPC) m’a prêté sa guitare électrique et depuis je m’entraîne durement.

Notre thématique du trimestre est sur le Futur. Comment vous imaginez-vous dans 30 ans ?

Mohamed : Je veux devenir reporter photographe, et prendre des photos du Japon et des Etats-Unis.
Mohammed : Il y a tellement de possibilités que j’hésite encore entre acteur pour des comédies, ou pourquoi pas chanteur.